Création © Hervejc

Mentions légales| Liens

Pourquoi mélanger le Baptême avec la Messe du dimanche ? C'était pas comme ça avant !

D'accord, ce n'était pas comme ça avant. Etant fils de sacristain, j'ai « servi » beaucoup de baptêmes dans mon enfance. La célébration avait lieu sitôt la naissance un jour sur semaine, et non le dimanche avec la communauté chrétienne rassemblée.

Mais notre père curé connaissait tous les jeunes couples et tous le connaissaient. Les parents comme les grands-parents des petits baptisés faisaient partie de la communauté chrétienne où ils participaient à la vie de l'Église. Pour tous, le Sacrement du Baptême signifiait à l'évidence l'accueil d'un nouveau membre dans la communauté des chrétiens. Au sein de cette communauté marquée par la stabilité, le baptisé bébé grandissait comme naturellement vers la communion et la confirmation avec sa famille.


Nul besoin de "découvrir" la communauté : on baignait dedans quotidiennement...

Mais ce n’est plus comme avant !

Pour une communauté baptisante

On peut le regretter, mais c'est la réalité : en très peu d'années, cette stabilité paroissiale a explosé : la mobilité imposée par la recherche d'emploi a éloigné beaucoup de gens de chez nous ; d'autres venant de partout ont choisi notre littoral pour les vacances, puis pour s'installer à la retraite ; des familles sont dispersées, quelquefois recomposées ; la pratique régulière du dimanche est devenue rare dans les nouvelles générations ; les prêtres chargés de plusieurs communes ne peuvent plus connaître tout le monde. La plupart des couples qui demandent le baptême pour leur enfant bébé ne vivent pas en proximité et ne participent pas habituellement à la vie de la communauté chrétienne. C'est donc plus difficile qu 'avant ?


Oui, et toujours aussi nécessaire. L'Église ne baptise pas pour que l'enfant soit baptisé, point final... L'Église baptise pour construire la communauté des disciples de Jésus. Et s'il est vrai que c'est moins facile qu'avant, alors il est d'autant plus important que nos communautés chrétiennes prennent conscience de leur responsabilité. Car c'est bien notre responsabilité de chrétiens en communauté d'accueillir les parents qui présentent leur enfant à l'Église pour le baptême, de témoigner de la foi qui nous anime, de célébrer dans la joie le Seigneur qui nourrit ses fidèles du pain de sa Parole et du pain de son Eucharistie. L'équipe de préparation propose aux parents une rencontre de réflexion avant le baptême des petits enfants et c'est bien. Mais dans la célébration, le prêtre ne peut pas représenter la communauté chrétienne à lui tout seul. Les bancs vides de l'église ne remplaceront jamais la communauté vivante ! Et comment les parents des petits baptisés pourraient-ils rencontrer en vérité la communauté des chrétiens, sinon le dimanche où elle se rassemble ?


Alors, avec l'équipe pastorale et le conseil de paroisse, ne nous lassons pas de chercher ensemble les meilleurs moyens pour manifester cette dimension nécessaire du Baptême qui est l'entrée dans la communauté.


Père Julien Guérin